Noms des prisonniers dans la Deïra d'Abd el Kader 
Sidi-Brahim et Sidi-Moussa (1845-1846)


Dans la nuit du 21 septembre 1845, M. de Montagnac laissant le commandement de la place de Nemours au capitaine du génie Coffyn avec ce qui lui était justement indispensable de troupes pour la défendre, sortait avec le surplus pour voler au secours des tribus alliés. Sa petite troupe comptait en tout quatre cent vingt hommes (420) à savoir 346 chasseurs du 8e bataillon de chasseurs à pied, commandés par le chef de bataillon Froment-Coste, le capitaine adjudant major Dutertre, le capitaine de Chargère (6e cie), le capitaine Burgard (2e cie), le capitaine de Géraux (Cie de carabiniers) les lieutenants de Chappedelaine, de Raymond, le sous-lieutenant Larrazet et le docteur Rozagutti, médecin aide-major. - Soixante-deux cavaliers du 2e Hussards (2 escadrons), commandés par le chef d'escadron Courby de Cognord, le capitaine Gentil-St Alphonse et le lieutenant Klein; un interprète, M. Levy et deux hommes du train des équipages.

Nous connaissont tous plus ou moins le résultats de cette sortie meurtrière et précipitée de Montagnac et qui précipita toute la colonne dans l'axe d'Abd el Kader.
Le 28 septembre 1845, quelques jours après la défaite du colonel de Montagnac à Sidi Brahim, une colonne de 200 hommes du 9e léger et du 41e de ligne, envoyée de Tlemcen pour renforcer le camp d'Aïn Témouchent et l'approvisionner en munitions, encerclée par les cavaliers d'Abd el Kader, se rend sans combat, près des marabouts de Sidi Moussa, quelques kilomètres au sud d'Aïn-Témouchent. Les prisonniers sont conduits au Maroc et rejoignent les rescapés de la bataille de Sidi-Brahim. L'histoire raconte que la plupart des hommes de troupe rescapés (260) ont été assassinés sur ordre de Moustapha Ben Tamy, khalifa et beau-frère de l'émir, la nuit du 25 avril 1846.
Dans la Deïra d'Abd el Kader (Camp familiale) Ils étaient au nombre de trois cent quatre prisonniers de ces deux lamentables affaires, dont voici les noms des officiers, sous-officiers, et soldats:
Six officiers: M. Courby de Cognord, chef d'escadron du 2e Hussards; M. Marin, lieutenant au 9e léger; M. Hillarin, lieutenant au 41e de ligne; M. Larrazet, sous-lieutenant au 8e bataillon de chasseurs à pied; M. Cabasse, médecin sous aide de service des hôpitaux, et M. Lévy, interprète militaire.
Quatorze sous-officiers : l'adjudant Thomas; Andrieux, Guéry, Collet, Belloul,et Beylier, fouriers du 8e Bataillon de chasseurs à pied - le maréchal des logis chef Barbut et le maréchal des logis Barbier, du 2e Hussards; - Betaud, Lourteau, sergent du 15e Léger; - Ganjon, sergent du 41e de ligne - Roques, Letitre, sergents au 10e Bataillon de chasseurs à pied - Chère, sergent de zouaves.
Deux cent quatre-vingt-quatre caporaux et soldats: Trotet ( premier chasseur à recevoir la Médaille Militaire), Parès, Mozer, Chateau, Fayt, Marie, Bollot, Mallet, Morarre, Poggi, Guillet, Franck, Perrin, Galtier, Denoux, Delcroix, Gontier, Elie, Massereau, Jourdain, Guéquet, Balmont, Desprat, Dupont, Chauvin, Rieux, Mialle, Certorius, Froment, Monnet, Durand (Joseph), Doniac, Martel, Gallus, Bertrand, Durousset, Cautel, Bernard, Bourdin, Durand (Jean), Bellevire, Rolland, Vesiat, Alexandrie, Gasnier, Jullien, Perrin (Jules), Trail, Delpech, Caumeil, Bitgaret, Ismael, Vey, Rourteau, Delrieu, Paumé, Bouguet, Mollet, Durand (François), Chevreau, Vouthron, Blancard, Deloure, Soyec, Jolliot, Vidal, Bouttes, Buisson, Durain, Cotte, Chatenay, Balestet, Carrière, Boulou, Artaud, Danis, Monet, Gros, Dumas, Legall, Maraye, Bellouard, Courneaud, De Kester, Merignon, Potel, Bojone, Salanson, Dufeuillon, Mescène, Badaine, Bronconne, Chemin, Blozi, Guinde, Anglade,Georgette, Gouarét, Predeyrolle, Perigot, Surre, Barrus, Trolet, Mardereau, Boutte, Moulin, Triolly, Guittet, Laccan, Franck, Guyenet, Bonneil, Dognaird, Caubel, Billoire, Gasnier, Comeil, Gomet, Koustan, Goyée, Durain, Talet (121) du 8e bataillon de chasseurs à pied; 
Metz, Testard, Sutty, Pierson, Tibal, Bois, Picquet, Marchal, Dutrouin, Kaudel, 
du 2e Hussards
Moreau, Maréchal, Bantouret, Ningue, Dumé, Harac, Envois, Pillard, Ciel, Serre, Vincent, Domergue, Pouvianne, Sans, Ficens, Labarre, Bertrand, Huard, Trouet, Bernard, Peyrot, Verfolet, Tournier, Mabilote, Friot, Tosser, Gaudier, Arbissé, Mourneau, Pocch, Stièrhe, Monanton, Rochefort, Briseaud, Delbourg, Sabattier, Verdenet, Issartier, Griffel, Roge, Monsonnier, Aribaut, Ferry, Simon, Mater, Jacquemin, Cheriner, Chabeau, Dubois, Muller, Tartail, Arbeau, Jean, Mourer, Lefevre, Artin, Prioret, Arnaud, Mecaudière, Bernard, Bergerot, Locher, Colin, Bouque, Carbonnot, Guillot, Dubernet, Peyrin, Viriot, Mourot, Studler, Malige, Plossen, Berlin, Baudran, Frère, Colia, Lafaye, Carnette, Levieux, Vannier, Martin, Dayssé, (83) 
du 15e Léger
Rousseau, Bacarat, Parabet, Aréma, Lorieau, Boulin, Cholet, Aron, Olivet, Bastien, Frété, Recès, Durieu, Frère, Moutiel, Orsa, Herault, Granier, Douarier, Roche, Dominique, Michandel, Leconte, Moncoiffe, Brunet, Trubert, Renaud, Coste, Gontard, Hetner, Duret, Caillou, Anglade, Burtel, Michel du 41e de ligne.
Carret, Delrieu, Nuguet, Gayraud, Mazier, Dièzene, Carles, Pichon, Arnaud, Duclos, Maréchal, Quatrevallé, Carrière, Bouan, Mouton, Levigne, Leseure, Caubet, Guichard, Dufrouy, 
du 10e bataillon de chasseurs à pied ; -
Colondre, Sonloy, Sanon, Bruzen, Brulan, Podjimani, Cotte, Lanaque, Duval, Mauri, Quenic, Meunier, Savay, Sarus, Houin, Bodier, Lournon, Tugar, Didier, Camon, Roussel, Tissandier, Gage, du 2e Zouaves ;- Turgis, du 56e de ligne fait prisonnier aux environs de Mascara ;- Plus quatre hommes 
du train des équipages
Tous ces prisonniers appartenaient en partie à la colonne de Montagnac, tous était blessés plus ou moins gravement, très peu avait échappé à la barbarie de l'ennemie.
De la Déïra d'Abd-el Kader, deux prisonniers s'échappa du Massacre: Le clairon Rolland et Delpech, remis tous les deux en France de cette triste épisode, Rolland était retourné dans son bataillon, puis fini sa vieillesse dans l'Aveyron, quant à Delpech, ses parents étant décédés tous les deux et n'ayant plus personne à aimer dans son pays, il est retourner en Afrique où il s'était fait colon. 
Dix chasseurs et carabiniers de la compagnie De Géraux avaient réussis à fuir du Marabout et à rejoindre le poste de Djammàa-Chazaouet et donc, non pas connu le triste sort de leurs 121 camarades du 8e bataillon, il s'agit de: Antoine, Delfieu, Léger, Langais, Langevin, Laparra, Lavayssière, Michel, Rimond, Tressy, plus un Hussard: Nataly, 
Cinq autres chasseurs sont arrivés au camp mourant ou sont morts peu de temps après, il s'agit de : Audebert, Fert, Jean-Pierre, Médaille, Siguier, 
les onze prisonniers rendus à la France contre rançon étaient : MM. le lieutenant -colonel Courby de Cognord (2e Hussards), le lieutenant Marin (41e de ligne) Lazaret sous-lieutenant au 8e BCP, l'adjudant Thomas du 8e BCP, le docteur Cabasse, le maréchal des logis Barbut du 2e Hussards, Metz et Testard du 2e Hussards, Trotet du 8e BCP, Michel du 41e de ligne et (Talet ?)
Ce petit groupe de prisonniers rendus à la liberté au commencement de janvier 1847, pour aller se reposer dans leurs familles des émotions d'une agonie qui avait duré quinze mois. la plupart appartenaient encore à l'armée. M. Courby de Cognord, leur chef, venait de finir son engagement cette année avec le grade de général de brigade. Quand à ceux de leurs frères qui avaient payé de leur sang la gloire de la France, la patrie ne les a pas oubliés. Leurs camarades de la garnison de Nemours leur ont élevé, sur le lieu même où ils sont morts, un ossuaire d'une forme simple mais belle, tel qui convient à un mausolée militaire dont les pierre ont reçus le 1er mars 1847, la bénédiction religieuse.